Qu’est-ce que la gestion de patrimoine ?

Gérer son patrimoine, ce n’est pas seulement faire fructifier ses actifs en investissant dans l’immobilier ou la Bourse. C’est aussi organiser ce patrimoine pour qu’il serve les objectifs de son détenteur et l’aide à faire face aux aléas de la vie : divorce, retraite, décès.

Interview de Maître Pascal Julien Saint-Amand sur la gestion de patrimoine
Interview de Me Pascal Julien Saint-Amand, notaire à Paris

Gérer son patrimoine, pour beaucoup d’épargnants, c’est sélectionner des placements et les suivre. Ont-ils tort ou raison ?

Ils ont en partie raison. Un patrimoine est constitué « d’actifs », par exemple un appartement mis en location, des contrats d’assurance-vie, des livrets d’épargne. Il faut bien gérer ces actifs, en suivant en particulier leur rentabilité et leur degré de sécurité.

Mais gérer son patrimoine, c’est beaucoup plus que gérer ses actifs. C’est adopter une vision large et se poser des questions de fond : quels sont mes objectifs, à quoi ces actifs doivent-ils me servir un jour ? que se passera-t-il pour ma famille si je disparais prématurément ? mon patrimoine doit-il être réorganisé pour préparer sa transmission à mes enfants ?

Un particulier peut faire une gestion d’actifs convenable. En revanche, la gestion de patrimoine suppose le recours à des conseils qualifiés : notaire, avocat, expert-comptable, banquiers et bien sûr conseil en gestion de patrimoine.

Le recours à autant de professionnels semble bien compliqué… est-ce vraiment nécessaire ?

C’est nécessaire, car le sujet est complexe. Vous devez vous poser des questions juridiques, par exemple sur le droit des sociétés, les règles de donation ou de succession ; des questions civiles, notamment pour le choix du régime matrimonial ; des questions sociales pour organiser votre protection face à la maladie, à l’invalidité et au décès ; des questions financières, car le choix des investissements dépend des objectifs en terme de sécurité et de rentabilité, et aussi car l’organisation et la transmission d’un patrimoine a un coût.

Comment orchestrer ces approches sans tomber dans la lourdeur et la rigidité ?

C’est une autre dimension de la gestion de patrimoine : il faut structurer, organiser mais aussi garder de la souplesse face aux aléas de la vie, aux évolutions de la fiscalité etc.

Un bon professionnel ne vous enferme pas dans des solutions « bloquantes ». Il vous laissera toujours plusieurs choix possibles. Exemple : si vous rédigez votre testament ou si vous procédez à une adaptation de votre régime matrimonial, je vous conseillerai en tant que notaire des clauses qui laissent plusieurs options au conjoint : toucher sa part ou la laisser aux enfants, la toucher en pleine propriété ou en usufruit, etc.

Plusieurs conseils sont donc susceptibles d’intervenir en gestion de patrimoine. En pratique, comment s’organise leur collaboration ?

Elle doit être pilotée par celui d’entre eux qui connaît le mieux le client et a établi avec lui une relation de confiance. Charge ensuite à lui de faire travailler les autres métiers à ses côtés.

Ce « pilote » n’est pas forcément l’expert du sujet à traiter. Mais il maîtrise la psychologie et le contexte familial de son client, qui sont déterminants pour lui proposer des solutions adaptées. Il sait par exemple que ce client rechigne à prendre des risques, ou qu’il est en conflit avec l’un de ses enfants, ou qu’il a divorcé il y a dix ans et fondé depuis une nouvelle famille, etc.

Bien gérer son patrimoine, c’est obligatoirement prendre en compte des aspects personnels ?

Ce sont ceux qui donnent du sens à ce métier. On ne gère pas un patrimoine pour le plaisir de la technique pure, ou pour viser la rentabilité maximale. On le met au service de ses priorités de vie, en cherchant à anticiper le plus possible tout en se laissant, comme expliqué plus haut, des portes de sortie.

Lisez aussi : À qui s’adresse la gestion du patrimoine ?

RETOUR AU SOMMAIRE
DU DOSSIER GESTION DE PATRIMOINE

Vous désirez un rendez-vous ?

AXIOS

dans votre région

04 50 66 56 58

contact@axios.fr