Le patrimoine du cadre international

Plus les cadres internationaux travaillent dans un grand nombre de pays pendant leur carrière, plus leur patrimoine se complexifie et devient difficile à gérer. D’où cette question récurrente pour eux : où trouver le bon conseil ?

La gestion de patrimoine du cadre international

Beaucoup de complexité, peu d’interlocuteurs

Le patrimoine du cadre international est généralement réparti dans 2 ou 3 pays différents, soumis à des législations et des fiscalités différentes, exprimé dans des devises différentes dont les cours peuvent fluctuer fortement.

C’est un sujet de préoccupation permanent, plus que pour un cadre « mono-pays ». Les cadres internationaux font beaucoup de recherches sur internet et puisent des conseils auprès de multiples interlocuteurs.

Ils butent toutefois sur le manque de réponses adaptées : les conseillers des réseaux de banques et des assurances manquent de compétences, les gestionnaires de fortunes sont trop chers. Trouver des conseils à la fois abordables et pertinents en patrimoines internationaux relève du parcours du combattant.

Un patrimoine très diversifié

On trouve couramment dans le patrimoine du cadre international :

  1. Des actifs financiers, détenus comme indiqué plus haut dans plusieurs pays et plusieurs devises
  2. Des liquidité sur comptes courant parfois très élevées (100 000 euros et plus…) et faiblement rémunérées, pour faire face à des dépenses dans plusieurs pays
  3. Des actifs immobiliers détenus le plus souvent dans le pays d’origine : maison de famille, résidence secondaire, pied-à-terre
  4. De l’épargne-retraite sur des contrats de capitalisation multi-pays ; elle sera souvent délicate à rapatrier à la cessation d’activité
  5. Pour les cadres seniors, des stocks-options, avec une problématique forte sur le choix du calendrier pour exercer le droit d’option.

Cette diversité et cette superposition de pays sont délicates à gérer pour un cadre international qui ne s’appuie pas sur du conseil de qualité. Il a tout intérêt à simplifier, regrouper, réorganiser.

À l’inverse, s’il est bien conseillé, il peut se lancer dans des diversifications ciblées afin d’exploiter les multiples opportunités de son environnement.

Prévoyance : les indépendants bien mal lotis

Les cadres internationaux salariés sont très bien couverts par leur employeur. Qu’il s’agisse d’une petite ou d’une grande entreprise, celle-ci veille à les protéger efficacement contre la maladie, l’invalidité et le décès.

En revanche, les cadres indépendants (consultants…) sont souvent mal couverts, faute d’informations sur les contrats existants ou d’une réelle conscience des risques encourus. Pourtant, ils travaillent parfois dans des pays à risque. Pour eux, la recherche d’un contrat de qualité est une priorité absolue.

Retraite : prévoyants mais exposés à l’incertitude

Très impliqués dans la préparation de leur retraite, les cadres internationaux n’en sont pas moins confrontés à de fortes incertitudes en la matière.

Pour les cadres salariés, qui cotisent sur des contrats d’entreprise par capitalisation, la question centrale est la fiscalité comparée d’une sortie en rente ou en capital. Cette fiscalité peut varier dans un ratio de 1 à 5 selon les pays où les contrats sont détenus et celui où les fonds seront libérés.

Pour les cadres à statut indépendant, qui fournissent un effort massif (jusqu’à 80 % de leur revenu !) concentré sur la constitution d’un patrimoine dans leur pays d’origine, il faut privilégier des solutions flexibles. Il est souhaitable d’éviter des actifs comme l’immobilier détenu en direct. Les aléas de l’activité de cadre à statut indépendant peuvent empêcher d’épargner régulièrement.

Autres profils :
Dirigeant non salarié
Médecin spécialiste
Cadre supérieur
Expatrié

RETOUR AU SOMMAIRE
DU DOSSIER GESTION DE PATRIMOINE

Vous désirez un rendez-vous ?

[recaptcha]

AXIOS

dans votre région

04 50 66 56 58

contact@axios.fr