Créateurs et repreneurs, n’oubliez pas votre prévoyance

Négliger ou sous-dimensionner sa prévoyance quand on crée ou qu’on reprend une entreprise, c’est classique… mais risqué. Je vous propose trois stratégies (survie, raisonnable, complète) pour ne plus faire l’impasse.

D’accord, vous êtes focalisé sur votre business plan, votre trésorerie, votre portefeuille clients ou votre étude de marché. D’accord, vous estimez en tant que créateur que vous n’avez « pas les moyens pour l’instant« . Ou vous croyez, en tant que repreneur ex-salarié, que vous êtes toujours « bien assuré« .

N’empêche. N’empêche que chaque année, ma profession m’amène à croiser des créateurs ou des repreneurs victimes du sort ou de la maladie, et dont certains avaient oublié, négligé, sous-estimé leur prévoyance. Qu’ils soient salariés ou non salariés (TNS) n’y change rien.

Combien vous versera votre régime professionnel en cas d’arrêt de travail ?

La belle aventure peut alors tourner à la catastrophe : plus personne pour diriger l’entreprise et dans les cas extrêmes, plus un sou pour vivre. Faut-il rappeler, par exemple, que les dirigeants TNS rattachés à la CIPAV ne touchent pas un centime en cas d’arrêt de travail  ?

Voilà ce qui m’amène à vous parler de prévoyance et à vous inciter à un minimum de précautions.

D’abord, interrogez votre expert-comptable ou contactez-nous pour vérifier comment vous êtes couvert face à la maladie, à l’invalidité ou au décès. 90 % des créateurs et repreneurs n’en savent rien. Comme si ces événements malheureux ne pouvaient avoir la moindre influence sur la bonne marche de leurs affaires.

Ensuite, déterminez votre stratégie prévoyance. Je vous en propose trois.

1. La prévoyance « survie »

Le minimum vital, pour celui qui veut dépenser peu en prévoyance, c’est la couverture en arrêt de travail temporaire et en invalidité, pour assurer un « train de survie » pendant quelques mois . Pourquoi ? Parce que ces deux scénarios ont un impact immédiat sur votre entreprise et que vous êtes toujours vivant, donc financièrement responsable.

Le pire, c’est  l’invalidité. Vous ne pouvez plus travailler, vous ne touchez plus de revenus et vous « coûtez » à votre entourage : aides à domicile, équipement du logement, appareillage spécialisé… Ne plaisantez pas avec ce risque : couvrez-vous.

2. La prévoyance « raisonnable »

Si vous êtes prêt à investir un peu plus, ou si votre création/reprise se passe bien et vous donne un peu de visibilité, choisissez d’être raisonnable.

Côté famille : rente éducation pour les enfants, pension de conjoint pour votre moitié. Pour votre société :  une couverture des frais fixes tels que cotisations sociales, crédit-bail, loyers, salaire de l’assistante…

Profitez-en pour remonter vos garanties arrêt de travail et invalidité, afin qu’elles couvrent cette fois la totalité de vos besoins financiers. Vous n’aurez pas à sacrifier votre épargne pour assurer le quotidien en cas de pépin.

3. La prévoyance complète

Votre entreprise a pris son rythme de croisière ? Ou vous avez décidé que votre prévoyance était une priorité ? Il est temps de penser à votre retraite : plus vous épargnerez tôt, plus vos versements auront le temps de fructifier.

Vous éviterez ainsi une « course à l’épargne » sur les dernières années de votre carrière. Et vous réduirez votre revenu imposable avec un contrat de retraite Madelin ou un PERP.

Mais épargner combien exactement ? Et ces couvertures maladie et invalidité, ces rentes éducation, sont-elles suffisantes ? Pour le savoir, je vous proposerai de réaliser votre bilan social et patrimonial : une étude qui prend en compte votre patrimoine, vos revenus, vos contrats de prévoyance, les garanties de vos régimes obligatoires etc.

Vous apprenez ainsi, graphiques à l’appui, si vous êtes bien couvert, sous-couvert voire trop couvert (cela arrive, vous corrigerez le tir et ferez quelques économies).

Vous apprendrez également beaucoup sur l’équilibre de votre patrimoine, le montant de votre future retraite etc. Contactez-nous si cette étude vous intéresse.

Véronique Blanchard, Axios AnnecyVéronique Blanchard, Axios

 


Vous désirez un rendez-vous ?

Rechercher

AXIOS

dans votre région

04 50 66 56 58

contact@axios.fr